September 21, 2016

Brittany: Breton-speaking History Teacher Transferred to Paris

A bilingual History teacher specialised in the Breton language has been transferred away from her region to the suburbs of Paris following an administrative mishap. After spending her training year teaching History and Geography in Breton in two schools with bilingual French-Breton classes, the local education authority transferred her to Versailles, seemingly without noticing her regional language background. Among promises that the schools will be given a new History teacher by the Ministry for Education, local organisations and parents are asking for reassurances that it will be a Breton-speaking person. It is not the first time that Bretons have demanded language rights and pointed out the disregard of the French state in this matter.

 

The following article was published in Ouest-France:

 

Cette mauvaise nouvelle concerne les élèves de l’Iroise et de Kerallan. Or, l’enseignante existe ! Mais elle a été mutée sur Versailles.

C’est l’incompréhension ! David Redouté, administrateur de Div Yezh (deux langues), association de parents d’élèves en bilingue français-breton, n’en revient pas. Les collégiens de deux établissements se retrouvent sans professeur d’histoire-géographie bretonnant : l’Iroise à Brest et Kerallan à Plouzané (qui ouvre sa section bilingue cette année).

Or, l’enseignante existe ! « Elle était stagiaire à l’Iroise l’an passé. Mais elle a été mutée dans l’académie de Versailles… où elle n’a pas de poste car elle est remplaçante ! »

« Erreur du rectorat »

Certes, dans la fonction publique, les enseignants du second degré peuvent être titularisés dans toute la France. Mais les parents s’attendaient à ce que sa certification de breton soit prioritaire. « L’automne dernier, l’État et la Région ont signé un accord pour développer l’enseignement du breton », souligne David Redouté.

Cette convention prévoit notamment d’augmenter le nombre d’enseignants bretonnants, plutôt en pénurie. « Les élèves bilingues n’ont pas à pâtir des erreurs grossières du rectorat de Rennes qui n’a pas su conserver ses moyens, alors que, cette année, le ministère de l’Éducation nationale avait mis en place un mouvement spécifique des enseignants en langues régionales ! » s’indigne-t-il.

Le rectorat indique avoir demandé dès « mars dernier » le retour de l’enseignante auprès de l’Éducation nationale. En cas de maintien de cette situation, « un enseignant contractuel ou un TZR (titulaire de zone de remplacement) sera affecté ».

Sans préciser s’il sera bretonnant… Mais l’académie de Versailles, qui connaît une pénurie d’enseignants, semble faire de la résistance…

Michel Favé, proviseur de la cité de l’Iroise, « espère le retour de l’enseignante ». En attendant, « les élèves ont tout de même des cours d’histoire, mais en français, pas en breton ».

Div Yezh a envoyé un courrier de protestation à la ministre. Un rassemblement de protestation est prévu lundi, à 17 h, devant l’Iroise.

En 6e bilingue, les élèves ont trois heures d’histoire-géo en breton par semaine.